Select Page

Cet allaitement compliqué (et la fin de celui-ci) {Num6}

Cet allaitement compliqué (et la fin de celui-ci) {Num6}

On va parler allaitement aujourd’hui sur le blog. Ca fait des semaines (mois) que j’ai envie de t’écrire un article concernant mon allaitement pour Num6 mais j’ai manqué de temps. Parce que cet allaitement a été très compliqué et que je trouve important de parler de ces côtés là de l’allaitement également (Je t’avais déjà écrit un petit billet sur le sujet d’ailleurs ici). Entre temps, cet été, Num6 a été sevrée alors je t’explique ça aussi dans ce billet car c’est la complexité de cet allaitement qui en est à l’origine également.

Sur les réseaux, dans les magazines, on voit souvent passer de jolies photos d’allaitement maternel. Quand on les regarde, on ne s’imagine pas toujours tout ce qu’il y a derrière. J’en ai partagées aussi d’ailleurs car ce sont des photos et un lien que j’adore mais oui, cet allaitement a été très difficile.

 

 

L’allergie de Num6 aux protéines de lait de vache

Tu le sais peut être (ou pas) mais au début, on a eu ces soucis de grosses plaques sur le visage de Num6. J’ai vite appris qu’il s’agissait d’une allergie aux protéines de lait de vache. Cependant, pas question pour moi de stopper cet allaitement. Je voulais allaiter jusqu’au sevrage naturel alors c’est moi qui me suis retrouvée au régime et ça n’a pas été simple. Une petite erreur par ci, un aliment avalé sans faire attention et j’avais cette impression d’empoisonner mon bébé. Je t’avais parlé de tout ça ici

 

Bébé très demandeuse

Dés le départ, Num6 était très demandeuse. On lui a vite donné le surnom de téteuse folle. Les tétées étaient trèèèèèèès trèèèèès longues (plusieurs heures parfois) et très nombreuses. C’est simple, elle était quasi au sein non stop. Sinon c’était des pleurs, des cris. Et au bout d’un moment, ça commence à peser. On est bien là sur le canapé à allaiter mais en attendant rien n’avance. Le ménage, le linge puis il y a les autres enfants dont il faut s’occuper et qui commencent à s’impatienter et râler que le bébé soit toujours coller au sein et maman jamais disponible. Moralement c’est donc difficile mais physiquement aussi. C’est épuisant car c’est jour et nuit pareil.

 

La mastite

J’en ai fait 3 pendant cet allaitement et je peux te dire que la mastite, c’est l’enfer. Température, frissons, une douleur atroce de dingue qui te fait couler les larmes. Un sein chaud bouillant et douloureux. Même le t-shirt tout fin dessus provoque une douleur de fou alors je te raconte même pas quand bébé veut téter. Je redoutais ce moment, je pleurais, je prenais la position de la louve, à 4 pattes au dessus de Num6, le sein pendant vers sa bouche et je priais pour que ça finisse vite. On en parle peu, pourtant ça existe bien et c’est pas si rare finalement. Et le soucis, c’est qu’on n’est pas prévenue ! Perso, avant d’en faire j’en avais jamais entendu parler et je trouve ça tellement pas normal.

 

Quand bébé grandit et devient vraiment trop demandeuse

Je sais que ce terme trop demandeuse peut en choquer certaines mais c’était vraiment ça pour moi. Elle n’était plus un petit bébé, elle a passé 1 an puis 18mois et pourtant, elle tétait encore comme un nouveau né. Refusant toute autre nourriture (j’ai vraiment tout essayé) elle ne voulait que le sein et toujours de longues tétées très nombreuses de jour comme de nuit. Epuisant ! Je ne pouvais pas manger moi même tranquillement car à ce moment là elle voulait être au sein, si je voulais nettoyer ou encore faire du linge, écrire, prendre du temps pour moi, impossible elle pleurait pour avoir le sein et pouvait partir dans des colères noires. L’endormir: impossible. Des heures au sein pour qu’elle ferme enfin les yeux mais dès que je retirais le sein de sa bouche elle se réveillait en hurlant. J’étais sa tétine en fait ! A l’extérieur, chez les gens elle voulait toujours le sein car elle n’aimait pas qu’on la regarde. Et puis il y avait ses colères folles… Si je disais stoppe ou non elle partait en furie, criait, me tapait, me mordait, me pinçait tout en hurlant... une vraie hystérique. Mise à part quelques unes, les tétées ne se faisaient plus dans le plaisir mais dans l’obligation, l’énervement, la fatigue. Et je ne voulais plus de ça… J’étais à bout. 

 

La fin de cet allaitement compliqué

Cet été, on est parti en vacances. J’espérais qu’elle arrête d’elle même avec la chaleur, les activités etc (comme l’avait fait Num5) mais non. Elle a continué tout pareil à ici. Sauf que moi, avec la grossesse, la chaleur etc j’en pouvais plus, je ne voulais plus. Je redoutais chacune de ses demandes et je ne voulais pas finir ainsi. Finir tellement dégoûtée que je remettais en question un allaitement maternel pour Num7. Alors j’ai dit stop. Un jour, je me suis levée en me disant que cette fois, c’était fini. De toute façon, elle chiquait plus le sein qu’autre chose, c’était surtout l’avoir en bouche et c’était stop. Alors toute la journée, je lui ai proposé de l’eau quand elle voulait téter. Je l’ai gardé dans la piscine tant que je pouvais pour qu’elle ne pense pas à téter. Ce soir la, elle a voulu le sein et je lui ai dit non, je lui ai expliqué. J’ai essayé de lui faire un câlin à la place mais elle a pleuré… beaucoup… tout en me repoussant et en criant. Elle ne voulait pas de moi, elle voulait rester seule et c’était dure, très difficile pour mon coeur de maman. Alors je suis restée là, juste à côté, juste pour qu’elle sache que j’étais là quand même. Elle a fini par s’endormir. Et les jours qui ont suivi ont été pareils…. Je continuais de proposer de l’eau à la place du sein, de jour comme de nuit. Elle a fini par me laisser revenir vers elle pour s’endormir le soir avec des câlins et des poupouilles dans les cheveux plutôt que le sein. Il lui est arrivé une ou deux fois de demander mais sans insister. Elle montrait le sein, je disais non, elle enfonçait sa tête sur moi et c’était tout. On a quitté Gabès pour partir à l’hôtel et là encore ça s’est bien passé. Faut dire qu’avec ses journées de folie, elle tombait très facilement ko le soir et ça aidait pas mal. Je redoutais le retour à la maison, à la routine. Ces moments où elle ne veut pas rester seule, jouer ou autre mais qu’elle voulait rester collée à moi, à mon sein., ces journées où allait moins se dépenser, être moins fatiguée et donc trouver moins vite le sommeil mais ça a été…. Elle ne demande plus le sein mais l’endormir reste difficile. Elle se réveille de nouveau plusieurs fois par nuit mais pour boire de l’eau cette fois. Voilà comment s’est fini notre allaitement. Ce n’est pas un sevrage naturel vu que c’est moi qui lui ai imposé après 20 mois d’allaitement mais voilà, on ne fait pas toujours ce qu’on veut mais on fait plutôt ce qu’on peut, c’est tout. Pourtant j’aurais aimé pouvoir continuer jusque ce sevrage naturel, pouvoir faire un co-allaitement avec bébé qui arrive mais dans ces conditions, ce n’était pas possible.

 

Voilà, j’ai été plus longue que prévu mais je pense avoir fait le tour.

L’allaitement maternel, même si ça en à souvent l’air, ce n’est pas toujours tout rose, tout facile et il ne faut pas hésiter à en parler.

Je ne le savais pas encore mais ces 2 photos étaient celles de la dernière tétée pour Num6

 

D’autres mamans qui ont vécu des allaitements compliqués par ici ? N’hésitez pas à laisser vos témoignages en commentaires, ça en aidera plus d’une j’en suis certaine.

Et n’oubliez pas les mamans : Vous êtes toutes des Warriors !

A bientôt

Commentaires

About The Author

Laurie

Maman Bruxelloise de 32 ans à la tête d'une famille très nombreuse (6 enfants) : La NumsFamily. Addict au Portage physio, poussettes, puériculture en général, allaitement, pédagogie montessori / active, jouets en bois, jeux ouverts, toussa toussa

2 Comments

  1. Patricia Chairat

    Mon fils avait un rgo interne, du coup il tetait svt dans la journée et il ne s’endormait qu’en tetant. J’appréhendais énormément le sevrage. J avais espéré q en grandissant il allait de lui mm diminuer les tetees. 1 an puis 18 mois et on n’a pu supprimer qu’une seule tetee. Du coup j’ai compris q il n’allait pas se sevrer de lui mm.
    Alprs à 22 mois, apres la tétée du matin j’ai dis stop, c est la dernière. La journée s est relativement bien passé, la nuit ct plus difficile. Pleurs et me tapait qd je lui disais non. Mais au bout de 3-4 nuits il ne pleurait plus mm s’il demandait.
    Alors au final il etait prêt, fallait juste lui faire confiance.
    Au final le sevrage a eu lieu au bon moment. 2 semaines plus tard j’ai appris que j’étais enceinte d1 mois. Enceinte et allaitee j’aurai pas pu
    J’espère un aussi lg allaitement pr bb2. Et je ne me prendrai pas autant la tête pr le sevrage. J’essayais de diminuer les tetees sans succès, du coup je m enervais contre lui.

    Réponse
    • Laurie

      Merci pour ton témoignage.
      Félicitations pour bb2 et je te souhaite un bel allaitement

      Réponse

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bienvenue

Laurie à la tête de la NumsFamily. Une famille nombreuse à Bruxelles. 33 ans / 6 enfants, bientôt 7. On ne s'ennuie jamais chez nous. Maman hyperactive qui profite de la vie à fond et qui adore voyager, bouger. Je partage mes coups de coeur, mes humeurs, mes idées sorties & activités, etc.

Abonne toi au blog

Pour être averti des derniers articles par mail, abonne toi par ici

Rejoignez les 18 365 autres abonnés

 

Si tu souhaites mettre ta pub ici, contacte moi par mail.

Concours !

Ambassadrice, je te conseille

Mes Videos

Error type: "Bad Request". Error message: "Bad Request" Domain: "usageLimits". Reason: "keyExpired".

Did you added your own Google API key? Look at the help.

Check in YouTube if the id UCFPDYNB7E6H5aFT_OQyIiXQ belongs to a channelid. Check the FAQ of the plugin or send error messages to support.

J’en suis

Pin It on Pinterest

Partage cet article

Si le billet t'a plu, n'hésite pas à le partager. Merci